L’IVG, c’est ton droit !

Toute femme qu’elle soit majeure ou mineure peut décider d’interrompre sa grossesse. Ce droit est légal en France depuis 1975. L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est remboursée intégralement par la sécurité sociale. Elle est pratiquée par les généralistes, les gynécologues et aussi les sages-femmes. 

IVG délais prolongé : Une nouvelle loi de mars 2022 vient renforcer le droit à l’avortement. 

La principale mesure allonge le délai légal de 12 à 14 semaines pour l’IVG médicale.

Chaque année entre 3000 à 4000 femmes sont contraintes de pratiquer un IVG à l’étranger car elles sont en dépassement du délai légal. Allonger ce délai permet d’assurer

Chaque année entre 3 000 à 4 000 femmes sont contraintes de pratiquer une IVG à l’étranger car elles sont en dépassement du délai légal. Allonger ce délai permet d’assurer une IVG sûre, remboursée et avec un suivi médical et psycho-social. Se rendre à l’étranger exclu les personnes les plus précaires mais ajoute également des contraintes de transports et d’hébergement. Allonger le délai permet donc de mieux garantir le droit à l’avortement sur le territoire français. 

Le délai pour une IVG médicamenteuse est lui aussi augmenté de 5 à 7 semaines. 

Le délai pour une IVG médicamenteuse est lui aussi augmenté de 5 à 7 semaines. 

Ce droit est également renforcé par d’autres mesures : 

La loi prévoit également d’étendre la pratique de l’IVG aux sages-femmes exerçant dans les hôpitaux. La loi indique aussi qu’un pharmacien ne respecte pas ses obligations professionnelles s’il refuse de délivrer un contraceptif en urgence. 

Enfin un répertoire national va être publié afin de rassembler l’ensemble des professionnels et lieux où se pratique l’IVG. Tu peux aussi consulter les lieux où pratiquer une IVG en Pays de la Loire ou avoir des renseignements par ici

Cette loi est également l’occasion de rappeler que l’IVG est un droit. 

Dans les milieux scolaires, les infirmiers et infirmières scolaires sont là pour accompagner toute situation ou besoin dans tes démarches pour effectuer une IVG. 

Les infirmiers et infirmières scolaires comme l’ensemble des professionnels sont soumis au principe de confidentialité. Une IVG peut se pratiquer en tout anonymat. 

Les frais liés à chaque intervention sont pris en charge par la sécurité sociale. Un professionnel de santé est dans l’obligation à minima de te rediriger vers un autre professionnel qui pourra pratiquer une IVG. 

Empêcher d’accéder une personne a ce droit est un délit. 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende peuvent être ordonnés pour ce délit. La désinformation sur internet est également un délit. L’adoption de cette loi a été aussi l’occasion de rappeler que chaque IVG doit se faire avec la possibilité d’un suivi psycho-social. 

Renforcer ce droit vise un seul et même but : aucune situation ne doit pas rester sans réponse. Le recours à l’IVG c’est ton droit et l’ensemble des professionnels de santé sont à disposition pour en parler et t’indiquer comment faire. 

L’interruption volontaire de grossesse : deux méthodes, tu es libre de choisir !

L’IVG médicamenteuse : 
Elle peut se faire jusqu’à la 7ème semaine de grossesse en deux prises de médicaments. Le premier interrompt la grossesse et le second expulse l’embryon. Elle est pratiquée chez un médecin généraliste, dans un centre de santé ou dans un planning familial. Elle peut également avoir lieu dans un hôpital ou une clinique. 

L’IVG instrumentale :
Elle est désormais autorisée  jusqu’à la 14ème semaine de grossesse. Seuls les hôpitaux ou cliniques sont autorisés à pratiquer cette IVG. En France plus de la moitié des IVG sont réalisées avant la septième semaine de grossesse.  La méthode instrumentale est de moins en moins utilisée. Réalisée de manière chirurgicale, elle se déroule en une fois et échoue rarement.. Une anesthésie locale ou générale est nécessaire. 

Chaque personne est libre de choisir la méthode de son IVG. 

Tu n’es pas seule : les différentes étapes d’une IVG. 

Une IVG ne se réalise pas en un seul rendez-vous. C’est un parcours pendant lequel tu as le droit d’avoir un accompagnement personnalisé et un suivi psycho-social. 

Une consultation d’information : 
Elle permet de formuler la demande d’IVG. Elle permet de recevoir également l’ensemble des informations en lien avec cette demande. Elle est aussi l’occasion d’échanger et de répondre aux questions de la patiente. Avec une information complète, tu peux choisir le lieu, le moment et la méthode. Une attestation de première consultation est délivrée. 

L’entretien psycho-social : non obligatoire pour les personnes majeures. 
Cet entretien est mené par un professionnel formé pour le conseil conjugal et notamment les situations d’IVG. Le but est d’apporter des conseils spécifiques en tenant compte de la situation spécifique de la patiente. 

La seconde consultation : ton consentement. 
Lors de cette consultation, une confirmation par écrit est demandée pour confirmer la demande d’IVG. Suite aux différents échanges, c’est le moment de choisir avec le professionnel de santé la méthode et le lieu de l’IVG. 

La visite de contrôle : 
Une consultation médicale afin d’effectuer un contrôle est nécessaire après une IVG. Le but est de contrôler qu’aucune complication ne se développe et que la grossesse est bien stoppée. 

Le professionnel de santé fait également un point sur la méthode de contraception adaptée et peut te proposer un entretien psycho-social. 

Aller au contenu principal